Météo & marées

Experience

La pêche à pied : vivre au rythme des marées

L'expérience de Chloé

Partir à la découverte

La pêche à pied, c’est une activité qu’on pratique à tout âge et de tout temps ! Que l’on soit adeptes ou non des fruits de mer, on y trouve toujours son compte et surtout, on y créé de superbes souvenirs !

La chasse aux trésors !

Depuis mon plus jeune âge, mes parents m’ont emmené à la pêche à pied durant les grandes marées. J’en garde de très bons souvenirs, et encore aujourd’hui, lorsque je repère les petites traces laissées par les coques ou les couteaux dans le sable, je ne peux m’empêcher de creuser ! J’ai toujours aimé ce côté « fouille » qui nous oblige à chaque fois à persévérer jusqu’à trouver « la perle rare ».

Où peut-on pêcher ?

La fameuse question à laquelle il est très difficile de vous répondre…

Tous pêcheurs avisés gardent secret ces lieux de pêche, ils sont transmis de génération en génération. Afin de préserver cette tradition et cet environnement maritime fragile, je ne pourrais pas vous divulguer indiquer des endroits précis !

Allez je vous donne quelques indices. Sur le littoral de la Côte des Légendes, vous trouverez une multitude de spots de pêche dans les estrans sableux, rocheux ou vaseux, prêtez l’œil pour y dénicher votre pêche du jour :

  1. Les rochers : souvent recouverts d’algues, ils sont le point d’attache idéal des bigorneaux, moules, ormeaux, bulots et parfois même des huîtres.
  2. Les mares dans les rochers : foyer de vie de nombreux animaux et crustacés, on y plonge l’épuisette pour essayer de remonter des crevettes roses ou grises.
  3. Le sable : armez-vous de patience et observez les indices de la nature. Les coquillages sont enfouis peu profond et laissent des petites traces. Par exemple, deux trous séparés par un pont de sable peuvent indiquer la présence de couteaux, deux petits trous dans le sable et un jet d’eau qui en sort quand on passe à côté peuvent indiquer une colonie de coques ou des praires. Un substrat de sable recouvert d’herbier ou une flaque peut cacher la coquille Saint-Jacques.

« Que l’on trouve ou non ce que l’on cherche, il y a toujours cet instinct qui nous pousse à continuer jusqu’au moment où il faut rentrer ! »

Observer & préserver

J’ai dû passer des heures à regarder la marée monter, les crabes galoper sur la plage et les rochers ou encore les coquillages s’enterrer de nouveau dans le sable quand je devais les relâcher parce qu’ils étaient trop petits. Ça fait partie du jeu, mais ça m’a aussi enseigné à respecter ce milieu si fragile qu’est l’estran.

La fin de la pêche

Le sable commence à flotter sur l’eau, alors il est temps de rentrer ! Parfois les seaux sont pleins, parfois la pêche est maigre, mais au final, on a passé une bonne journée. Le paysage a changé pendant qu’on avait les yeux rivés sur le sable ou qu’on était trop occupé à grimper sur les rochers. Maintenant, c’est l’heure de la convivialité avec une bande de pêcheurs enchantés !

Petit conseil

Pour ne pas vous retrouver encerclé ou bloqué sur un rocher, pensez à bien regarder les horaires et coefficients de marées.

Place à la dégustation !

Même si je n’ai jamais vraiment aimé manger des fruits de mer, j’adore les soirées après la pêche où tout le monde partage ses trouvailles, ses anecdotes de la journée et surtout… ses recettes !

Je pense notamment aux plats qui mêlent coquillages et algues qui peuvent se cueillir en même temps.

Produits de la mer

Nos adresses !

Parfois on revient bredouille ou… (mais nous ne vous le conseillons pas) on part acheter chez des professionnels bigorneaux et huîtres en faisant croire qu’on les a trouver tout seul !