Édito

La récolte des algues aujourd'hui

Entretien avec André Berthou

président du Syndicat des Récoltants Professionnels d'Algues de Rive de Bretagne

Attaché à la mer depuis toujours, André Berthou se dirige tout naturellement vers la récolte des algues de rive et l’algoculture dès les années 2000. Il voit dans ce secteur un métier d’avenir, novateur et surtout une ressource naturelle à protéger. Le Syndicat des Récoltants Professionnels d’Algues de Rive de Bretagne est créé en 2008.

Récolte à la main des algues de rive © S-R-P-A-R-B

La récolte des algues

Un secteur localisé en Bretagne

Actuellement 78 entreprises récoltent les algues bretonnes, dont 50 dans le Finistère et les 3/4 de celles-ci dans le Finistère nord ! Cela représente 150 professionnels et 200 saisonniers. À cette récolte en mer et sur l’estran, s’ajoute l’algoculture. Cette activité est complémentaire à la ressource sauvage cueillie à la main.

Respecter la biodiversité

Récolter en protégeant

La récolte des algues de rive s’inscrit dans une démarche de protection et de préservation de l’environnement côtier. Des périodes de récolte réglementées sont établies pour respecter le rythme de reproduction des algues. Une vingtaine de secteurs sont en jachère pour favoriser la protection de l’Ascophyllum nodosum (plus communément appelée, goémon noir ou Bezhin du). Le travail se fait au rythme des marées, les pieds dans l’eau. Les algues sont coupées à la faucille, au couteau ou arrachées pour deux espèces Chondrus crispus (communément appelée pioka) et les laminaires. Le transport se fait sur des bateaux dans des sacs.

Récolte à la main des algues de rive © S-R-P-A-R-B

un métier

Récolteur d'algue à la main

Aujourd’hui, les personnes exerçant ce métier sont des descendants de goémoniers souhaitant poursuivre la tradition, des professionnels de la pêche ou encore, et de plus en plus, des personnes désirant s’installer et s’engager dans la vente en circuit court.

Pour devenir récoltant d’algues de rives professionnel il faut s’inscrire à la Mutualité Sociale Agricole (MSA) ou à l’ENIM (établissement national des invalides de la marine) et faire une demande de licence au Comité Régional Des Pêches Maritimes Et Des Elevages Marins De Bretagne. Des formations non-qualifiantes existent pour commencer à appréhender le métier.

AVANT DE VOUS LANCER

Quelques conseils

  • Consommer uniquement des algues accrochées à un support éloigné d’une source de pollution
  • Faire attention à ne pas les arracher mais les couper à l’aide d’un couteau ou de ciseaux (sauf la chondrus cripus et les laminaires qu’il faut arracher)
  • Laisser le crampon et un morceau de chaque algue pour permettre sa repousse
  • Ne pas racler le rocher avec un outil pour préserver le stade de reproduction microscopique de certaines algues comme le chondrus crispus qui ressemble à des plaques noirs sur les rochers (souvent confondu avec du mazout)
  • Laisser des algues en place dans un champ pour assurer leur reproduction
  • Ne pas déplacer ou retourner les rochers

Des périodes de récoltes sont à respecter pour maintenir les cycles de reproduction. N’hésitez pas à vous renseigner sur le site du S.R.P.A.R.B avant vos sorties.

Que fait-on avec les algues ?

L’algue la plus récoltée sur les côtes bretonnes est l’Ascophyllum nodosum. Elle est principalement utilisée pour nourrir les animaux et dans l’engrais pour les sols.

D’autres algues, très riches en oligo-éléments, sont utilisées en cuisine (dulse (Palmaria palmata), nori, wakame…) ou dans les industries pharmaceutiques et cosmétiques.

l'histoire de l'algue

Devenez un expert !

Les algues sont utilisées depuis des décennies pour l’agriculture et l’industrie locale. Le commerce de ce super aliment, déjà très populaire en Asie, se développe de plus en plus sur nos côtes. De même pour la cosmétique marine qui utilise ses propriétés extraordinaires. Et pour cause, notre littoral est le plus grand champ d’algues de toute l’Europe !

Pour approfondir vos connaissances, voici quelques sites à visiter.

animations

Partir avec des spécialistes

Durant toute l’année des personnes ou des associations, comme Brigoudoù à Plounéour-Brignogan-Plages, proposent des sorties sur l’estran afin de reconnaître les algues, les cueillir et… les cuisiner !