Entre dunes et marées, l'horizon à perte de vue

Vaste échancrure dans le littoral finistérien, la baie de Goulven et les dunes de Keremma forment un ensemble naturel protégé original d’intérêt européen de plus de 2000 hectares. Entre Goulven et Tréflez, 6 km de blancs rivages, véritable trésor de coquillages à collectionner, s'étendent jusqu'à la baie du Kernic.

Tantôt façonnées par l’homme, tantôt par les vents et marées, elles offrent sur le littoral breton, un paysage peu commun, aux allures surprenantes.

Un espace naturel à l'équilibre fragile


Des dunes à perte de vue, d’immenses plages de sable blanc qui s’ouvrent jusqu’à l’horizon à marée basse, des oiseaux par milliers, une flore remarquable, une histoire humaine surprenante, des vestiges historiques et militaires, des chemins de randonnées ...
Mille et une belles raisons de venir contempler ce site unique, protégé par l’action du Conservatoire du littoral dont la richesse témoigne d'un équilibre naturel préservé.
 

Les oiseaux de la baie de Goulven

Classée site Natura 2000 et réserve ornithologique, la baie de Goulven marque une étape vitale de haute importance pour de nombreux oiseaux.

Pour qui veut bien prendre un peu de temps pour les observer,  vous pourrez voir évoluer dans leur milieu de vie, bécasseaux, chevaliers, barge à queue noire, pluviers dorés, bernaches cravant, tadornes de belon, aigrettes garzette, canards…. Un spectacle souvent inégalé en plein cœur de l’hiver.

Chaque  année  des centaines  de milliers d’oiseaux venus du grand Nord longent la façade atlantique pour réaliser leur migration entre l’Afrique et l’Arctique. Sur leur chemin,  la baie de Goulven constituée de vasières et de zones humides, leur offre le gîte et le couvert, une étape gastronomique vitale dans leur long périple.
Au menu des vasières, véritables garde-manger : vers, mollusques et petits crustacés font le bonheur de nombreux limicoles.

Tandis que sur  les hauts de plages, les bécasseaux captureront au pas de course  le moindre invertébré. Les huitriers-pies s’empareront des coques découvertes par la marée, alors que les tourne-pierres trottineront  autour des goémons d’épaves en quête de minuscules insectes.
Au cœur de l’hiver, près de 20 000 canards, bernaches, petits et grands échassiers piochent dans ce grenier maritime pour reconstituer leurs réserves de graisses, avant de repartir pour le Grand Nord pour se reproduire.

Le saviez –vous ?
La baie de Goulven accueille chaque année plus de 20 000 oiseaux de 163 espèces.

 

Le gravelot à collier interrompu



Gravelot à collier interrompu mâle dans sa robe nuptial © Bretagne Vivante

Parmi les nombreuses espèces qui viennent peupler cet espace chaque année, il en est un emblématique, c’est le gravelot à collier interrompu. Au printemps, certains choisissent les longues plages de la baie de Goulven, pour s’installer le temps d’une nidification.

Ce petit oiseau s’installe sur nos côtes à partir du mois de mars.

Dans une petite cuvette creusée à même le sable, la femelle dépose 3 œufs. Elle les couvera pendant 27 à 28 jours.
Dès l’éclosion, les poussins quittent le nid. Pour se nourrir, ils parcourent l’estran, à la recherche de petits crustacés et de mollusques.

Pour se protéger des prédateurs, les œufs, les adultes en couvaison et le petit oisillon se confondent avec le sable.
Un véritable art du camouflage ! Les repérer demande alors  un œil aguerri.

Une espèce en danger
En 1970, La baie de Goulven accueillait plus de 100 couples de gravelots à collier interrompu. Aujourd’hui on comptabilise moins de 10 couples.
Face à la fréquentation des plages et pour permettre à l’oiseau de se reproduire tranquillement, les gestionnaires d’espaces naturels leurs installent chaque année, une zone de protection matérialisée par des piquets et des fils.

Passionné d'ornithologie, le vidéaste amateur François Guibert
vous embarque pour une découverte des richesses de la baie :


 

La Maison des Dunes


 

Tevenn, du sable, des dunes et des hommes

A la Maison des dunes, le centre d'interprétation « Tevenn, du sable, des dunes, des hommes »  vous fera vivre l’histoire des dunes de Keremma et de notre littoral depuis la nuit des temps.

Des modules inter-actifs vous feront découvrir  de quoi est composé le sable, comment il se déplace pour former les dunes et comment la vie s’adapte à ce milieu si particulier et si fragile. Enfin vous écouterez le précieux témoignage des hommes qui ont fait de ce site un espace exceptionnel à vivre.

Vous pourrez aussi participer à l’une des nombreuses animations nature proposées pour encore mieux connaître les particularités de ce site naturel protégé.

Roc'h Gozh, la pierre à paysage

Un jeu de piste, inédit en Bretagne, à vivre en famille ou entre amis sur les dunes de Keremma.
Pour percer le mystère, vous devez résoudre 9 énigmes, ouvrir 9 coffres secrets pour trouver Roc’h Gozh, la vieille pierre.
Vous découvrirez alors sa légende et recevrez une part du trésor caché.

 

 

La baie de Goulven : observer et protéger ensemble la biodiversité

Baie de Goulven avec clocher - Emmanuel Berthier- TCDL

Originaire de Kerlouan, Nicole Chapalain est animatrice et responsable de la Maison des Dunes à Keremma depuis 1998. Elle a suivi les évolutions de cette zone naturelle depuis ses débuts et notamment la désignation comme site d’intérêt européen Natura 2000 en 2006.

La Baie de Goulven s’étend sur pas moins de 2000 hectares entre Beg ar Scaf à Plounéour-Brignogan-Plages à l’ouest et Porz Guen à Plouescat à l’est. Elle comprend l’anse de Goulven et l’anse du Kernic. Ce grand estran est constitué essentiellement de sable et de vase salée, avec quelques îlots rocheux.

Une étape cruciale pour les oiseaux migrateurs

Cette zone humide est l’une des plus vastes du nord Finistère. C’est un lieu de nourriture privilégié pour les oiseaux venant du Grand Nord pendant la saison hivernale. Bénéficiant d’un climat tempéré, ces oiseaux migrateurs y referont leur graisse avant de retourner dans leur pays d’origine, au printemps, pour la période de reproduction.

L’espèce la plus emblématique est le pluvier doré. En effet, la Baie de Goulven accueille 40,7% de l’effectif hivernant dans les sites littoraux en France.

On peut également y observer des barges rousses, des chevaliers arlequins, des bécasseaux sanderling, de grands gravelots, des phragmites aquatiques… Quelques individus de spatule blanche passent aussi l’hiver en Baie de Goulven. De quoi ravir les amateurs d’ornithologie et émerveiller le grand public, à condition de miser sur la discrétion !

 

Une zone exemplaire pour le respect de la biodiversité

La Baie de Goulven est une zone européenne Natura 2000, ce qui témoigne d’une volonté affirmée de protéger les habitats naturels sur la baie. Pour que les usages ne nuisent pas à la biodiversité, un plan d’action a été validé en 2011.

Pour Nicole Chapalain, l’enjeu est de faire de cette baie quelque chose d’exemplaire, un gage de qualité plus que de contrainte.

Des zones de quiétude pour la protection des oiseaux ont ainsi été définies.

 

Activités humaines et milieu naturel : une cohabitation responsable

La Baie de Goulven est un lieu fréquenté par les habitants. Comment alors concilier activités humaines et préservation du milieu naturel ? En concertation, des zones ont été délimitées pour la pratique des sports tels que le char à voile ou le kite surf.

Cela passe aussi par l’éducation aux pratiques responsables. C’est le rôle de la Maison des Dunes qui sensibilise aux tailles de pêche, incite à rester sur les chemins autorisés, à ne pas cueillir ou arracher les plantes présentes sur le site, et à limiter la pénétration des chiens. Les sorties organisées par la structure visent également à faire connaître le site à travers sa faune et sa flore. Cela permet de concourir ensemble à l’amélioration des lieux d’accueil pour les animaux et à l’épanouissement des végétaux.

Et l’enjeu est de taille ! La préservation du milieu pourrait permettre le retour de certaines espèces dans la Baie de Goulven. Des loutres y ont notamment été observées !

visiter la baie de Goulven

visiter la baie de Goulven

Quand visiter ?

• En hiver, c’est le moment privilégié pour observer les oiseaux venant du Grand Nord pour hiberner.

• Au printemps, la flore se pare de ses plus beaux atouts. On compte 21 espèces d’orchidées sur la zone naturelle.

Toute l’année on y trouve quelque chose à voir !

La Maison des Dunes organise des sorties natures pendant les vacances scolaires pour découvrir les différentes espèces qui peuplent les lieux.

 

Le label Ramsar

Depuis 2018, la baie de Goulven a rejoint la baie du Mont-Saint-Michel et le golfe du Morbihan dans les zones humides d’importance internationale, labellisées Ramsar. Ce réseau récompense et valorise la gestion durable de ces espaces protégés.

L'idée rando

Longer la splendide baie de Goulven, puis prendre de la hauteur pour l'admirer font le charme de cette randonnée. Tout cela en ayant toujours le clocher de l'église en ligne de mire pour être certain de ne pas perdre le nord !

Bird-watching

Découvrez les conseils de Pierre Léon, du Camping de la Côte des Légendes pour espionner les oiseaux migrateurs dans leur milieu naturel :

Découvrez aussi :