La Côte des Légendes, terre de courges ?

Vraisemblablement oui ! Des cucurbitacées de toutes sortes trouvent le temps et le sol de la Côte des Légendes à leur goût.

La production de courges

Production maraîchère de la Côte des Légendes © e. Stricot

Depuis quelques années la production de courges en Bretagne, dont la Côte des Légendes, n'a fait que croître. Au point de bientôt faire de l’ombre à l’artichaut !


Elle gagne significativement du terrain en passant de 20 ha en 2012 à 160 ha en 2015 ! 90% de ces hectares sont consacrés aux potimarrons.

Sur la Côte des Légendes, les grandes cultures et les légumes de plein champ (endives et citrouilles) représentent 24 % de la production locale, après le lait qui est à 29%. Au total, en bio et conventionnel, les maraîchers cultivent sur environ 50 hectares*, ce qui fait, à peu près, 650 tonnes de potimarron, juste sur le territoire.



Rassurez-vous, les courges peuvent aussi envahir votre jardin, avec votre permission. Pour cela il faut un sol profond, meuble et riche et les semer en avril-mai pour une récolte en août-octobre.


Assez variées, tant en termes de couleur qu’en taille, on vous en présente quelques unes :
- Les potirons à gros fruits ronds et plats font de 5 à 10 kg et peuvent être rouges, bruns ou jaunes,
- Les potimarrons sont plus petits, 1,5 à 3 kg et sont ronds et oranges, ils ressemblent vaguement à une figue,
- Les sucrines sont oranges en forme de poire et vont de 2 à 3 kg,
- Les pâtissons blancs ou oranges pèseront entre 1 à 1,5 kg,
- Les butternuts, oranges et longues avec une base plus évasée, vous pouvez en trouver de 1,5 kg à 3 kg
- Celles non comestibles juste pour satisfaire vos talents de décorateurs : les coloquintes et les « halloween ».

*Chiffres Prince de Bretagne

Miam des courges

Tas de courges de toutes les couleurs © Les Amis du monde Kerlouan

La production de courges a augmenté proportionnellement à la consommation. Elles ont profité du retour des "légumes anciens" dans les années 2010 pour se faire une place dans toutes les assiettes.

En même temps elles sont parfaites ! Allant dans des plats salés ou sucrés, même leurs graines sont comestibles. Mais la star incontestée des assiettes reste le potimarron avec sa chair généreuse et sa peau fine permettant de le cuisiner rapidement.


En plus de se marier à tous les repas, elles sont riches en antioxydants (lutéine et de zéaxanthine protecteurs de la rétine), en bêta-carotène et vitamines C, B9, B6…

La courge dans le folklore

Les courges à Meneham © TCDL

Comme vu plus haut, les courges sortent en automne, principalement en octobre, où elles donnent de belles couleurs aux champs ! Mais une fête d’origine celtique en fait un symbole immanquable. On parle bien sûr d’Halloween et de son Jack’O lantern !

Saviez-vous que cette fête amenée des États-Unis a des origines celtiques ? S’appelant Samain, cette célébration marquait le passage vers la « période sombre », qui court jusqu’au solstice d’hiver. Pendant cette nuit, il se disait que la séparation entre les mondes des esprits et des vivants disparaissait, ce qui permettait aux défunts de revenir sur terre pour voir leurs proches. Ces derniers se devant de les accueillir correctement ! Sinon…
Très similaire en Bretagne, cette fête s’appelle « kalan goañv ». Traditionnellement les familles allumaient un feu dans la cheminée et déposaient des crêpes, du cidre ou du lait sur la table pour les morts.


Mais, quand a-t-on ajouté des citrouilles à tout cela ?

La légende parle de Stingy Jack, un irlandais porté sur la bouteille ayant ridiculisé le diable par deux fois afin qu’il le laisse tranquille. Après sa mort, son âme fut refusée par le paradis et les enfers (le diable tenant sa parole de le laisser tranquille !).
Devant errer pour l’éternité entre les mondes sans avoir sa place dans aucun, le diable « bon joueur » lui donna, quand même, une braise éternelle pour se guider. Jack la plaça dans un navet sculpté et entama sa marche dans les ténèbres où il peut en sortir qu’à la Samain.

C’est qu’après que les citrouilles arrivent ! En souvenir de cette légende, les irlandais sculptaient des navets et plaçaient des lumières à l’intérieur pour se protéger des mauvais esprits. Plus facile à sculpter que les navets, les courges les ont vite supplantés, devenant le symbole de cette période.

Les courges débarquent !

Les courges débarquent !

A partir du 17 octobre et pendant toutes les vacances de La Toussaint, une ribambelle de courges débarquent à Meneham ! Pourquoi et comment sont-elles arrivées là ? Personne ne le sait, mais voilà une bien belle manière de fêter l’automne. Venez déambuler à meneham dans un décor qui met à l’honneur ces légendaires fruits d’automne !