Les Ribin' de l'imaginaire saison #01 • 2018 / 2019

 

Dans le cadre de La Fabrique d’Imaginaire, l’équipe de Tourisme Côte des Légendes lance un nouveau parcours mettant en valeur le territoire, grâce aux œuvres d’artistes contemporains : Les Ribin’ de l’Imaginaire.

Les habitants et les visiteurs de la Côte des Légendes vont devoir s’habituer à découvrir chaque année de nouvelles œuvres d’art aux abords des chemins de randonnée. En effet, l’objectif des Ribin’ de l’Imaginaire est de créer un véritable chemin artistique en Côte des Légendes. Les amateurs d’art et de nature, pourront découvrir le regard moderne et ludique porté par chaque artiste des Ribin’ de l’Imaginaire.

Dès le mois de juin 2019, les deux premiers points de cette carte artistique de la Côte des Légendes seront matérialisés par des œuvres d’art installées l’une à Pontusval (Plounéour-Brignogan-Plages) et l’autre à Notre-Dame de la Clarté à Kernouës. Une véritable relecture de ces lieux chargés d’imaginaire.

Grâce au travail d’artistes plasticiens et d’architectes, l’équipe de Tourisme Côte des Légendes met ainsi en valeur le territoire riche de légendaire et d’imaginaire. Et de l’imagination, les 2 collectifs d’artistes sélectionnés pour cette première session des Ribin’ de l’Imaginaire n’en manque pas !

Les Ribin’ de l’Imaginaire sont le deuxième étage de la fusée Fabrique d’Imaginaire. Après les P’tites Fabriques, rendez-vous intimistes contés et décalés dans des endroits improbables, lancées à l’automne 2018, la Côte des Légendes s’installe tout doucement dans le paysage des destinations de l’imaginaire et du rêve. Car en effet, le territoire de la Côte des Légendes est riche en histoires transmises de génération en génération : les naufrageurs de Kerlouan, le dragon de Pontusval à Brignogan, le roi à tête de cheval à Saint-Frégant ou encore la cité romaine désertée d’Ocismor à Saint-Méen – pour ne citer qu’elles – sont là pour en attester. Ici, les légendes sont partout ; chaque pierre, chaque source, chaque arbre est habité par une histoire. Si elle atteste d’un attachement au territoire et à ses traditions, la Fabrique d’Imaginaire revendique sa contemporanéité et, plus que de relater, elle veut créer et jouer avec ses histoires.

 

STATIO du Studio COAT

Le lieu : Chapelle Notre-Dame de la Clarté

Reconstruite en 1837, cette humble chapelle a pour cadre un joli jardin planté d’hortensias dans une campagne verdoyante. A coté de la porte, une fontaine probablement préchrétienne prend sa source sous l’édifice. Un lavoir complète cet ensemble paisible.


La légende : la fontaine qui fait marcher

La fontaine de la chapelle serait miraculeuse. Et oui, elle aurait des propriétés qui aideraient à faire marcher, y compris les enfants en bas âge –  les moins pressés de se dresser sur leurs deux pieds !


Les artistes : Studio Coat

Equipe créative basée à Coat Méal (29), Studio Coat réunit l’énergie d’artistes, d’ingénieurs et d’artisans. Leur travail part d’un constat : l’espace public manque d’espace de détente, de rencontres. Les ingénieux artistes du Studio Coat, représentés par Amine Benattabou, Edgar Flauw et Leah Geay, nous invitent ainsi à prendre le temps, partager un moment de détente, convivial et confortable grâce à l’œuvre Statio.
 

Le projet STATIO © STUDIO COAT, 2019

Le projet STATIO © STUDIO COAT, 2019

L’oeuvre


S’inspirant de la légende selon laquelle la fontaine permettrait de marcher, Statio est un tapis articulé sur lequel les artistes invitent le public à tester son équilibre. Ce tapis mouvant est composé de dalles en bois reprenant les formes du sol de la chapelle. Il matérialise un espace de halte ou de jeux, proposant aux promeneurs de profiter du paisible jardin entourant l’édifice.

 

     

 

La randonnée à faire pour trouver l’œuvre : « Le circuit de pont glaz »

 

 

L'Œuf des Nouveaux Voisins

 

Le lieu : le phare de Pontusval


Construit en 1869, il fête donc en 2019 ses 150 ans. Classé monument historique, il est aujourd’hui habité par son ancienne gardienne. Avec ses 14,5 mètres de haut,  il reste modeste, mais il est le phare le plus photographié de Bretagne.


La légende : Le dragon de l’Elorn


La légende raconte que deux chevaliers secoururent le seigneur Elorn, alors sur le point de sauter de son château à La Roche-Maurice, près de Landerneau. Une fois sauvé, le désespéré Elorn raconta aux chevaliers qu’un dragon affamé terrorisait son fief et sa famille. Les chevaliers décidèrent d’aider Elorn à se débarasser du dragon : après un terrible combat, ils le capturèrent et vinrent le jeter à Pontusval. Pontusval signifierait d’ailleurs, en ancien breton, « le gouffre où la bête fut noyée ».


Les artistes : Les Nouveaux Voisins


L’atelier a été fondé en 2011 à Strasbourg, par Nicolas Grun et Pierre Laurent. Tous deux architectes, ils mettent un point d’honneur à mettre du sens et du rêve dans leur création plastique.

 

Le projet L’œuf © Les nouveaux voisins, 2019

 

L’oeuvre


Une omelette à Pontusval ? Un objet non identifié a été découvert à proximité de la pointe de Pontusval et les rumeurs disent qu’il s’agirait d’un œuf de dragon. Vous avez bien entendu, un œuf de dragon ! Vous n’en croyez pas vos oreilles ? Et pourtant, il s’agit bien de l’Œuf des Nouveaux Voisins.

     

 

La randonnée à faire pour trouver l’œuvre : « Le circuit du phare »