Réputée pour la diversité de ses habitats, l'étang et les marais du Curnic à Guissény sont un important site d’hivernage et de halte migratoire pour les oiseaux.
La richesse du lieu provient des activités humaines passées, associées à un contexte géologique particulier. 12 ha autour de l’étang de la digue du Curnic et de l'anse de Tresseny déploient dunes, prairies humides, tourbières, estran, étang saumâtre, orchidées...

Un paysage naturel, façonné par l'homme

Entre la basse plate-forme côtière du Pays Pagan et les falaises abruptes du plateau du Léon, le marais du Curnic est l'un des nombreux espaces agricoles gagnés par l'homme sur le milieu marin au XIXe siècle.
A sa place, jadis, s'étendait en effet un bras de mer qui entrait dans les terres.
Avec la construction d'une digue, les étendues marines se tranformèrent en polder. Dans ce paysage ainsi métamorphosé, champs et pâtures remplacèrent l'estran, peu à peu remplacés par une végétation plus naturelle.

Eaux douces et eaux salées s'y mèlent, par les écoulements du ruisseau de l'Alanan et des canaux de drainage alors qu'à marée haute la mer s'insinue au travers des moellons de la digue.

Par endroits, l'eau devient saumâtre. Au cœur de ce marais, l'eau est omniprésente, les élements nutritifs abondants et la lumière constante. Cette combinaison donne aux plantes une telle vitalité que les surfaces d'eau libre sont peu à peu envahies par les roselières.

Les digues du Curnic

C'est en 1833 que fut construite la première digue, entre le pointes du Dibennou et celle de Beg ar Skeiz. Elle fut un échec, renversée dès le premier hiver par une forte tempête. Ses ruines subsistent encore aujourd'hui et surgissent à marée basse, barrant le paysage d'une ligne sombre.

Une nouvelle retenue sera construite dès l'année suivante, en 1834, plus en retrait du tracé précédent et donnera naissance au polder actuel et à l'étang qui borde la digue actuelle. L'agriculture littorale, mélange de prairies de fauche, de pâturages et de cultures façonnera ce paysage jusque dans les années 1970.

Une faune et une flore exceptionnelle

L'originalité du site du Curnic tient dans la grande diversité des habitats, répartis sur un territoire limité. Le marais présente ainsi une grande variété d'espèces et une végétation des plus variées.
Les orchidées notamment y sont bien représentées avec pas moins de onze espèces recensées, dont deux rarissimes et menacées : la Liparis de Lœsel, aux fleurs vertes et l'Orchis tachetée à la couleur pourpre clair. Elles peuvent parfois se côtoyer à moins de deux mètres de distances, un fait unique en Bretagne !
Dans les zones tourbeuses, une autre plante est emblématique du site : la Drosera, aussi surnomée "l'herbe de rosée".

La diversité animale est également considérable dans cette zone humide littorale où espèces aquatique, amphibies et terrestres se répartissent selon les différents milieux. On peut y observer de nombreux insectes, tels les libellules dont on compte dix-sept espèces au Curnic. De mai au juin, le Damier de la succise, joli papillon aux couleurs brunes et orangées vole de landes en prairies humides.
On dénombre également de très nombreux oiseaux sur le site du Curnic, l'un des rares marais à roselières du littoral nord de la Bretagne.

Le dépliant Natura 2000 peut aussi constituer un support utile pour vous permettre d’aller plus loin dans la découverte des richesses de cet espace naturel préservéhttp://guisseny.n2000.fr

En savoir plus

En savoir plus

Le Conservatoire du littoral

Crée en 1975, le Conservatoire du littoral, également appelé Conservatoire de l'espace littoral et des rivages lacustres assure la protection de 200 000 hectares sur plus de 750 sites, représentant environ 1 600 km de rivages maritimes, soit 15 % du linéaire côtier français. Il acquiert des terrains fragiles ou menacés, puis en délègue la gestion aux collectivités locales avec pour mission leur préservation et leur usage raisonné.

L'idée rando

Quoi de mieux qu'une randonnée pour découvrir les richesses naturelles du Curnic ?
Empruntez le circuit de Milin ar Raden, qui vous fera faire le tour du site classé Natura 2000 entre dunes, étang, roselières et prenez de la hauteur pour observer encore mieux la mosaïque d'écosystème que s'offre à votre regard !

Découvrez aussi :