Météo & marées

Une pour chaque problème

Les fontaines miraculeuses

Le territoire est riche de ses fontaines sacrées c’est-à-dire des fontaines saintes souvent situées près d’un sanctuaire. Très diverses par leur forme et par leurs vertus, elles sont dédiées à un saint à qui l’on prêtait des pouvoirs.

Les fontaines sacrées, la vraie pharmacie bretonne !

Le secret des fontaines

La guérison et la prédiction sont les deux principaux types de demandes formulées auprès de ces fontaines : maternité, maux divers, maladie sur les animaux, etc. Elles ont chacune un pouvoir spécifique. Une des rares à pouvoir guérir tous types de maux est la fontaine de la basilique Notre-Dame du Folgoët.

Le rite associé à la demande peut être, lui aussi, très différent. On s’y baigne, on y dépose une offrande, on y mouille le vêtement porté par le malade, etc. Sans lien au départ avec le culte catholique, l’Eglise s’est rapidement attachée à les christianiser avec l’arrivée des saints entre le Ve et VIIe siècle. Les sources sont devenues fontaines puis, au fil des siècles, des chapelles et églises paroissiales ont surgi de terre à proximité. C’est à cette période là que les pouvoirs ont été associés à des saints qui établissaient leur ermitage près de la source.

Un culte ancien

Le culte de l’eau est très ancien et fait partie des croyances héritées de la préhistoire. Les Celtes avaient une vie religieuse développée et les forêts et rivières étaient propices à communiquer avec les dieux. La ferveur auprès des fontaines non atténuée au fil des siècles, a tendance aujourd’hui à se perdre. Pourtant, il y a encore une soixantaine d’années, dans les souvenirs de nos parents et grands-parents on s’y rendait pour s’y badigeonner les yeux, la peau, les oreilles ou demander la guérison d’un être cher…

Les pratiques aux fontaines pouvaient se faire individuellement ou lors des pardons. Chaque fontaine avait son jour de pardon dans l’année et les pèlerins s’y rendaient en procession, accompagnés du prêtre de la paroisse. Il y plongeait alors une relique du saint afin de régénérer les pouvoirs de l’eau.

Ces croyances peuvent paraître dépassées de nos jours mais elles sont au cœur de notre histoire et de notre culture.

Ploudaniel

Fontaine de la chapelle Sainte-Pétronille

Située près de la chapelle et d’un calvaire construit à la fin du XVIe siècle. Elle est consacrée à Sainte Pétronille, aussi appelée Périne ou Pérounel (en breton). Ayant vécu à Rome du temps de Saint Pierre, elle en serait la fille… mais aussi la sœur de Saint Goulven, morte à la suite d’une fièvre. 

Il se peut qu’une ait remplacé l’autre, car l‘eau de cette fontaine miraculeuse serait conseillé pour atténuer la fièvre.

Le folgoët

Fontaine de la basilique Notre-Dame du Folgoët

C’est la « super fontaine miraculeuse » du secteur !

Elle prend sa source sous le maître autel de la basilique du Folgoët. 

Consacrée à la vierge à l’enfant, l’eau soignerait tous les maux. Il suffirait d’y plonger le membres soufrant ou les vêtements du malade pour guérir !

Kernouës

Fontaine de la chapelle Notre-Dame de la Clarté

Un enfant qui tarde à marcher inquiète et peut s’avérer être un problème dans une vie rurale active. A une époque reculée, pas de trotteuse ! Lorsque le petit ne marchait pas, on se rendait à la chapelle Notre-Dame de la Clarté. L’enfant était alors trempé dans la fontaine, suivait une roulade sur l’autel de la chapelle et le tour était joué ! L’enfant avait très vite trouvé de quelle façon avancer.

C’est en souvenir de cette légende attendrissante et dans le cadre des Ribin’ de l’Imaginaire que le studio COAT y a installé son œuvre appelée « Statio » de 2019 à 2021.

goulven

Fontaine Saint-Goulven

Saint Goulven est un saint et un évêque de Saint-Pol-de-Léon entre le VIe et VIIe siècles. La légende raconte qu’il serait né dès que ses parents auraient débarqué dans la baie de Goulven. Quand ils eurent mis pied à terre, une source aurait jailli pour lavé et donné à boire au nouveau né. 

L’eau de la fontaine pourrait lutter contre la fièvre, les rhumatismes et les maladies du bétail.

Kerlouan

Fontaines Saint-Sauveur

Le hameau de St Sauveur possède un calvaire, une croix, une chapelle et deux fontaines !
Elles ont comme propriété de prédire la guérison des enfants malades et notamment des maladies des bronches.


Elles sont visibles sur le parcours vélo Tro Vélo 7.

Kerlouan

Fontaine de la chapelle Saint-Egarec

Non loin de la chapelle consacrée au même saint, l’eau de cette dernière, en bas des escaliers, lutte contre les maux d’yeux et d’oreilles. 

Pour une efficacité optimale, il est conseillé de tremper une pièce d’argent, l’appliquer sur la partie malade, puis la laisser sur l’autel de la chapelle.

Saint Frégant

Fontaine Saint-Guénolé

Guénolé, fils d’immigré breton insulaire : Fragan (d’où le nom de la commune) sauva sa soeur Clervie d’une oie sauvage ! La petite jouant avec l’oiseau se vit l’œil gobée ! Guénolé, prévenu par un ange alla à son secours, ouvrit le ventre de l’animal pour récupérer l’œil de sa soeur et le remis à sa place. Clervie revit et l’oie vécut.

Vous comprendrez aisément pourquoi l’eau de la fontaine soigne les maladies oculaires !

Installée jusqu’en 2024, l’installation « L’œil de Guénolé » de l’artiste Véronique Matteudi revisite cette légende dans le cadre de Ribin’ de l’Imaginaire.

Guissény

Fontaine Saint-Gildas

La fontaine de Saint-Gildas n’est pas miraculeuse, mais nous voulions quand même en parler !

En effet elle se situe dans un écrin de verdure magnifique où se déroule de nombreuses manifestations : Fest Bro Pagan en juillet, les Riolets en été…